La vie chrétienne

Comment avoir de l’espoir face au coronavirus ?

today7 avril 2021 21

Arrière-plan
share close

C’est un scénario familier: je marche dans la rue et tourne un coin quand je suis presque en collision avec un inconnu portant un masque. Instantanément, ils tressaillissent et se recroquevillent en arrière, une expression de pure terreur dans les yeux.  

La peur guette nos rues. C’est sur nos écrans de télévision que le décompte quotidien des morts est annoncé. C’est sur les réseaux sociaux que la dernière théorie du complot accumule des millions de vues. C’est dans les hôpitaux et les maisons de retraite que les visiteurs et les proches n’ont pas le droit d’entrer chez eux. Et c’est dans nos propres maisons que nous nous inquiétons de savoir si nous pourrions être infectés et si nous allons transmettre le virus à nos proches.

Ce sentiment de malaise n’est guère surprenant étant donné le contexte dans lequel nous vivons actuellement. En fait, au cours des premières semaines du confinement, la peur était la politique du gouvernement. «Restez à la maison, sauvez des vies» se traduit par: «Restez à la maison ou vous mourrez ou tuez par inadvertance quelqu’un que vous aimez …  

Le fait d’alimenter délibérément les craintes d’infection au sein de la communauté a été considéré par le gouvernement et les responsables de la santé comme un moyen essentiel de réduire le nombre de morts. Et au Royaume-Uni et dans de nombreux pays du monde, il semble que la peur ait fonctionné, au moins en partie, en encourageant les gens à se conformer au verrouillage.

Mais une fois que ces terribles craintes ont été éveillées, une fois que les journalistes ont partagé les images horribles des fosses communes, des rangées de corps inconscients dans les unités de soins intensifs, des civières avec des sacs mortuaires dessus, les images ne sont pas si faciles à effacer; ils ont été imprimés dans nos esprits.

Les psychiatres et les conseillers appellent cela “ l’angoisse de la mort ” et, pour beaucoup d’entre nous, l’effet de la pandémie de coronavirus a été de faire émerger de profondes craintes quant à notre mortalité qui avaient été précédemment supprimées. De nombreux professionnels de la santé ont signalé que la vague actuelle d’anxiété de mort conduit à une augmentation marquée d’une gamme de symptômes psychologiques.

Un article publié en juillet 2020 dans la revue médicale  The Lancet a fait  état de preuves accrues de dépression, d’anxiété et de stress liés à la pandémie de Covid-19. Les problèmes de santé mentale se sont manifestés dans les phobies de la santé, les achats de panique, la consommation excessive de télévision, l’augmentation de la consommation d’alcool, davantage d’appels aux lignes d’assistance et une augmentation de la violence domestique, de l’automutilation et des pensées suicidaires. Les emplois perdus, une plus grande incertitude économique et une éducation perturbée ont également de graves conséquences sur la santé mentale.

Vous pourriez penser que ces choses seraient beaucoup moins un problème pour les chrétiens. Après tout, nous sommes des gens qui prétendent croire en un Dieu aimant et tout-puissant. Un Dieu dont les desseins de rédemption et de restauration de toute la création ne peuvent être ébranlés. Pourtant, toutes les preuves suggèrent que beaucoup d’entre nous qui sommes chrétiens sont également aux prises avec des angoisses, la peur et la dépression alors que le virus continue de se propager dans le monde.  

«Assez de mauvaises nouvelles. Pouvons-nous nous concentrer sur quelque chose de positif? » Je vous entends dire. Eh bien, je promets que je vais arriver aux choses positives, mais nous devons d’abord passer un peu plus de temps à essayer de comprendre les racines de nos angoisses et de nos peurs en ce moment extraordinaire. Le diagnostic vient avant le traitement.  

Appel de réveil 

La peur a sa place. Quand je sors sur la route et qu’un klaxon retentit juste derrière moi, ce choc soudain d’émotion – la montée d’adrénaline qui frappe mon cœur, le halètement qui remplit mes poumons – font tous partie d’un mécanisme de survie essentiel. Mais vivre chaque jour avec mon esprit qui bouge et mon cœur bat la chamade, parce que je pense à la possibilité d’être infecté, de mourir, de perdre mon emploi, ce n’est pas normal.  

Si je découvre que mon esprit est constamment préoccupé par les inquiétudes, les angoisses et les peurs, alors cela devrait être un appel au réveil. La peur n’est pas une émotion saine pour la vie quotidienne. C’est dommageable et destructeur de vies. 

Tant de nos angoisses viennent du fait de demeurer et d’être obsédées par l’avenir. Tim Keller l’a parfaitement résumé en déclarant: «Les inquiets sont des visionnaires moins l’optimisme.» Nous pensons qu’en nous inquiétant et en insistant sur l’avenir, nous pouvons en quelque sorte le contrôler.

La vérité est que nous sommes des monstres du contrôle. Nous voulons un contrôle total sur notre monde dangereux et effrayant afin que nous puissions savoir que nous sommes en sécurité et totalement sécurisés. Ensuite, nous pourrons nous détendre. Nous avons construit une idole qui nous protégera. Mais le coronavirus a réduit nos illusions de contrôle en mille morceaux et nos idoles ont échoué. On nous rappelle constamment que personne ne semble avoir le contrôle. Personne ne sait s’il pourrait y avoir un nouveau pic d’infections. À tout moment, un fléau invisible pourrait nous abattre ou frapper ceux que nous aimons. Personne ne peut prédire ce qui arrivera à l’économie, à nos perspectives d’emploi, à nos économies, à l’éducation de nos enfants.  

Bienvenue dans la réalité. La vérité est que nous n’avons jamais eu le contrôle. 

Temps de test  

Pendant des milliers d’années, le peuple de Dieu a dû faire face à des catastrophes naturelles inattendues: famine, inondations, ouragans, tremblements de terre, ainsi que des fléaux. Et, au fil des siècles, le peuple de Dieu a compris que ces événements imprévus et apparemment destructeurs, insignifiants, devraient être considérés comme des moments de mise à l’épreuve. C’est une vérité inconfortable, mais quiconque lit la Bible sait que le test de Dieu est un thème récurrent dans l’histoire d’Israël et dans les premières années de l’Église chrétienne.  

Dieu permet à son peuple d’être soumis à divers tests et épreuves non par malveillance, mais comme moyen de révéler la vérité sur nos cœurs et sur qui ou sur quoi nous comptons en fin de compte. Voici l’apôtre Pierre écrivant aux chrétiens confrontés à la torture et à la mort aux mains de l’État romain: «… vous avez été affligé par diverses épreuves, de sorte que l’  authenticité éprouvée  de votre foi – plus précieuse que l’or qui… est éprouvée par le feu – peut être trouvé pour aboutir à la louange, à la gloire et à l’honneur à la révélation de Jésus-Christ »(1 Pierre 1: 6-7, ESV, c’est moi qui souligne).  

Vous ne savez pas si l’or est réel ou contrefait jusqu’à ce qu’il soit testé par le feu. Le but du test n’est pas de nous détruire, c’est de nous révéler la vérité la plus profonde de notre cœur afin que Dieu puisse nous ramener à lui-même. Comme l’a dit le conseiller chrétien Ed Welch: «Dieu ne joue pas avec nous à des jeux d’esprit: il forge une relation.»  

N’ai pas peur  

À maintes reprises, lorsque le Dieu de la Bible se révèle d’une manière nouvelle à son peuple effrayé, ses premiers mots sont: «N’ayez pas peur. Ce sont des paroles de réconfort et de réconfort, mais elles sont aussi un commandement. La peur et l’anxiété ne sont pas que des processus chimiques auxquels nous ne pouvons rien faire; à un certain niveau profond, la peur représente un choix sur quoi ou à qui nous allons faire confiance. Sur quel dieu nous allons compter.  

Quand David a été capturé et a été confronté à la torture et à la mort, il a versé son cœur à Dieu en disant: «Quand j’ai peur, je mets ma confiance en vous» (Psaume 56: 3). Le problème n’est pas tant de savoir si nous ressentirons de la peur et de l’anxiété. Ce qui est important, c’est comment nous réagissons.  

Ma femme travaille comme conseillère auprès d’adultes victimes d’abus. Elle et ses collègues ont un mantra simple mais profond qu’ils transmettent fréquemment à ceux qu’ils essaient d’aider:  

«Vous ne pouvez pas changer le passé.  

Tu ne connais pas le futur.  

Mais vous pouvez changer votre façon de penser dans le présent.  

Lorsque j’éprouve la prochaine vague d’anxiété et de stress, je dois me rappeler que je ne suis pas seulement une victime impuissante de forces hors de mon contrôle. Je peux choisir sur quoi concentrer mes pensées et où placer ma confiance.

Bien sûr, si l’anxiété ou la dépression rendent impossible une vie normale, il est essentiel de demander l’aide d’un professionnel. Une évaluation médicale, des thérapies par la parole et des médicaments peuvent tous être nécessaires pour des problèmes de santé mentale graves. Mais, même en cas de maladie psychiatrique grave (et je parle en tant que personne qui a été hospitalisée en psychiatrie à plusieurs reprises), nous ne sommes pas des victimes impuissantes. Nous avons la dignité de choix donnée par Dieu.  

Pratiquer la discipline de l’espérance chrétienne  

GK Chesterton a écrit un jour qu’il y avait deux péchés contre l’espérance chrétienne – le péché de présomption et le péché de désespoir. La présomption n’est pas compatible avec l’espérance chrétienne car elle suppose allègrement que tout ira bien. Il n’y aura pas de problèmes, pas de lutte, pas de tests, pas de souffrance. Dieu veillera à ce que nous passions sans effort à travers cette vie et en sa présence – ayez simplement la foi. C’est un fantasme. La véritable espérance chrétienne doit être fondée sur la vérité et la réalité.  

Le désespoir est un péché égal et opposé qui est également incompatible avec l’espérance chrétienne. Le désespoir dit: «Rien ni personne ne peut aider la situation actuelle. Il n’y a rien à quoi s’accrocher. J’ai été abandonné et je suis seul.  

Je dois être honnête et dire qu’à différents moments de ma vie j’ai été coupable à la fois de péchés, de présomption et de désespoir, mais j’ai appris qu’au lieu d’embrasser ces péchés, nous sommes appelés à pratiquer la discipline quotidienne de l’espérance chrétienne. Si la discipline est un mot trop inconfortable, appelons-la le choix quotidien de l’espérance chrétienne. Je crois qu’il y a trois aspects à l’espérance chrétienne. 

1. Espoir pour aujourd’hui

Nous savons tous que si nous voulons rester en bonne santé, nous devons pratiquer l’hygiène physique. Ce n’est pas parce que je me suis lavé les mains hier qu’ils n’ont pas besoin de se laver aujourd’hui.  

Si je veux pratiquer la discipline de l’espérance chrétienne, je dois pratiquer l’hygiène mentale. Cela signifie surveiller le contenu de ma vie de pensée et choisir de remplir mon esprit de pensées positives et saines plutôt que de pensées négatives, dommageables et malsaines. Et ce n’est pas parce que j’ai fait ça hier que ma vie de pensée n’est pas importante aujourd’hui et tous les jours à venir.

Il y a une discipline quotidienne pour choisir ce sur quoi je vais concentrer mon esprit. La gratitude est un excellent endroit pour commencer chaque journée. Il est intéressant de noter que si je concentre mes pensées sur le nom de chaque personne et de chaque bénédiction que Dieu a apporté dans ma vie, il est très difficile d’être rempli de peur en même temps.

En choisissant de me souvenir des bonnes choses que Dieu m’a données, je me rappelle son caractère. Je dois me rappeler que Dieu m’a montré qu’on peut lui faire confiance et qu’il a amené dans ma vie des gens auxquels on peut aussi faire confiance. Et en pensant au jour à venir, et à tous les dangers et défis que cela peut apporter, je choisis de croire que quoi qu’il arrive, Dieu sera là avec moi. 

 Ces mots ont été retrouvés écrits sur les murs d’une cave en Allemagne à la fin de la Seconde Guerre mondiale: «Je crois au soleil même quand il ne brille pas. Je crois en l’amour même quand je ne le sens pas. Je crois en Dieu même quand il se tait.  

Il peut être utile de conserver une collection de matériel positif lorsque nous nous sentons assiégés par des peurs et des pensées négatives. Il peut s’agir de versets bibliques, de poèmes ou de chansons qui ont une résonance et une signification particulières pour nous. Des paroles par lesquelles Dieu nous a parlé dans le passé et que nous pouvons utiliser comme point de mire pour nos pensées et nos prières. 

2. Espoir pour l’avenir 

Tant de nos angoisses sont concentrées sur des pensées négatives sur l’avenir. En pratiquant l’espérance chrétienne, nous nous rappelons que Dieu sera avec nous dans les jours, semaines, mois et années à venir. Dans le psaume 23, David se rappelle la fidélité future de Dieu: «Même si je marche dans la vallée de l’ombre de la mort… tu es avec moi» (Psaume 23: 4, ESV). Et une traduction littérale du dernier verset dit: «Certes, la bonté et la miséricorde me poursuivront tous les jours de ma vie» (Psaume 23: 6). La bonté, le pardon et la bénédiction de Dieu me guideront quoi qu’il arrive. Il est sur mon cas et il n’abandonne pas.  

Ma vie, ma famille, mon avenir ne seront pas détruits par le coronavirus. Dieu est fidèle à ses promesses. Il va me poursuivre. Quoi qu’il arrive, il sera là. Je peux changer grâce à l’aide de Dieu. J’ai plus à apprendre et plus à recevoir. 

3. L’espoir ultime  

L’espérance chrétienne ne s’arrête pas aux années qui restent avant notre mort. Il est toujours traversé par le désir et le désir du nouveau ciel et de la nouvelle terre. Comme Paul le dit dans Romains 8:22, la création «gémit comme dans les douleurs de l’accouchement», et la pandémie de coronavirus n’est qu’un autre exemple de ce gémissement. Mais la création ne gémit pas de désespoir. Il aspire à l’avenir.

L’espoir quotidien, l’espoir futur et l’espoir ultime sont tous liés. «L’espoir est d’entendre la mélodie du futur. La foi, c’est danser sur cette mélodie dans le présent. (Anon). Le Dieu fidèle qui est ici pour nous aujourd’hui est le même Dieu qui promet qu’il nous poursuivra avec bénédiction et miséricorde pour le reste de nos vies. Au-delà de la tombe, il promet de nous élever pour faire partie de la merveilleuse nouvelle création qu’il a planifiée depuis le début. Et avec joie et tendresse, il nous dit: «N’aie pas peur.»  

Écrit par: gss radio

Rate it

Article précédent

News

Le juge ordonne que les Satan Shoes de Lil Nas X soient retirées du marché

Un juge fédéral a bloqué l'envoi de «Satan Shoes», une collaboration entre le rappeur Lil Nas X et la société new-yorkaise MSCHF qui contiendrait prétendument une goutte de sang humain dans la semelle, en réponse à une action en justice fédérale pour violation du droit d'auteur déposée par Nike . Les chaussures, apparemment modifiées Nike Air Max 97s - sont décorées d'un pendentif pentagramme et d'une référence à Luc 10:18: […]

today3 avril 2021 36


Articles similaires

La vie chrétienne

Féminisme et mariage font-ils bon ménage ?

Concilier ses rôles de professionnelle, d’épouse et parfois de mère peux s’avérer un casse-tête pour une chrétienne aux ambitions égalitaires. Quelques conseils. «Non, ce n’est pas juste, lorsqu’une femme a des ambitions de carrière et qu’elle veut utiliser à fond ses talents pour Dieu, qu’elle ne puisse pas le faire», […]

today8 avril 2021 19

Commentaires d’articles (0)

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires

NOUS CONTACTER

0%