Warning: Use of undefined constant REQUEST_URI - assumed 'REQUEST_URI' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /homepages/42/d690797394/htdocs/clickandbuilds/GospelSoundSystem/wp-content/themes/newsmax-child/functions.php on line 73
Êtes-vous un spectateur le dimanche matin? | Gospel Sound System

Êtes-vous un spectateur le dimanche matin?

Le culte médiéval était un sport de spectateur. Les paysans pieux assistaient à la messe latine – une langue qu’ils ne pouvaient pas comprendre – et s’émerveillaient lorsque le pain et le vin se sont transformés en corps et en sang de Jésus. Ce miracle s’est produit lorsque le prêtre a prononcé les mots magiques, Hoc est corpus meum (traduit par “C’est mon corps”). Cette phrase est à l’origine de la phrase du magicien, hocus pocus . Les paysans étaient rarement autorisés à manger le pain et on ne leur avait jamais confié le sang de leur Sauveur. Ils ont simplement regardé comme le prêtre derrière l’autel a consommé Jésus.

L’accent mis par la Réforme sur le sacerdoce de tous les croyants a transformé ces spectateurs en participants. Les chrétiens ordinaires n’avaient plus besoin d’une classe sacerdotale pour intercéder entre eux et Dieu. Martin Luther a traduit la Bible en allemand pour que tout le monde puisse entendre parler de Dieu, a écrit une messe en allemand pour que tout le monde puisse chanter et que chaque chrétien reçoive le pain et la coupe.




Le culte a été éliminé de la classe sacerdotale professionnelle et ouvert à tous ceux qui ont mis leur foi en Christ.

Regarder les fidèles

Le culte moderne devient un sport de spectateur. Les évangéliques pieux sont muets devant le volume écrasant du groupe de louanges – un son puissant qu’ils ne peuvent pas concurrencer ou auquel ils ne contribuent pas – et s’émerveiller devant cette classe sacerdotale de musiciens talentueux qui vole des notes incroyablement hautes et soutenues. Le culte est typiquement exubérant et également hors de portée de la personne ordinaire. Beaucoup n’essaient même pas.

Pasteurs, regardez autour de vous pendant le culte ce week-end. Combien d’enfants de Dieu chantent? Combien sont-ils simplement là, à regarder la performance professionnelle sur la plate-forme?

Demandez-leur pourquoi. Est-ce parce qu’ils ne connaissent pas les chansons – qui sont souvent chantées pendant quelques semaines et ensuite oubliées? Est-ce parce qu’ils ne peuvent pas entendre eux-mêmes ou la personne à côté d’eux, alors ils se rendent compte de quoi? Est-ce parce qu’ils ne ressentent pas l’enthousiasme projeté par la scène et qu’ils ne veulent pas forcer ce qui n’existe pas? Demandez comment vous pouvez mieux les impliquer dans le culte.

Intransigeant l’excellence est un bon objectif dans le culte d’entreprise, mais ce n’est pas le but premier. La mesure de notre culte n’est pas de savoir comment le groupe a joué, mais combien les gens ont chanté. Entendons notre voix se mêler à la houle montante de la congrégation, afin “qu’ensemble nous puissions d’une seule voix glorifier le Dieu et Père de notre Seigneur Jésus-Christ” ( Romains 15: 6 ).

Les prêtres sacerdotaux

Qu’en est-il de nous adorateurs qui sont tentés de devenir spectateurs? Encourager respectueusement vos pasteurs à favoriser la participation. En attendant, demandez à Dieu de vous aider à tenter deux actes un peu contraires:

1. Chanter pensivement

Nos cantiques et chœurs sont essentiellement des prières chantées. Nous mettons nos paroles en musique et nous les chantons ensuite à Dieu. Par conséquent, je ne veux chanter que des paroles que je prierais, car si je les chante, je le suis.




Parfois, je changerai les mots en quelque chose de plus précis ou de robuste bibliquement. Je peux changer une ligne au sujet de notre “échec” ou de notre “rupture” dans notre “péché” pour mieux souligner la profondeur de notre besoin de Jésus. Je peux changer « Quand nous avons été là – bas dix mille ans » à « Quand nous avons été ici dix mille ans » afin de mieux refléter la promesse de Dieu d’une terre rachetée. Quand il n’y a pas de solution facile, je prends simplement une respiration pendant que la ligne est chantée et je rejoins la suivante.

J’ai aussi tendance à ne pas chanter les douze répétitions de la même ligne. Je crains qu’une telle redondance puisse désobéir au commandement de Jésus: “Et quand vous priez, ne mettez pas de phrases vides comme le font les Gentils, car ils pensent qu’ils seront entendus pour leurs nombreuses paroles” ( Matthieu 6: 7 ). Je me demande si notre répétition sans fin pourrait agacer Dieu. Est-ce qu’il lève les mains et dit: “Vous avez été” Courant dans mes bras “pendant dix strophes. Arrivez déjà! “Rappelez-vous son avertissement,” Garde tes pas quand tu vas à la maison de Dieu. . . . Ne sois pas téméraire de ta bouche, et ne laisse pas ton coeur se hâter de prononcer une parole devant Dieu, car Dieu est au ciel et tu es sur la terre. Que vos paroles soient peu nombreuses »( Ecclésiaste 5: 1-3 ).

2. mais pas de manière critique

Je suis théologien, il est donc facile pour moi de chanter pensivement. Mais comme vous l’avez peut-être deviné, il est également facile de devenir critique. Comme un fier pharisien, je regarde autour de moi les publicains peu sophistiqués et je pense, “Dieu, je vous remercie de ne pas être comme les autres hommes” qui répètent sans réfléchir les paroles superficielles ( Luc 18:11 ). Je dois me souvenir qu’un seul homme rentra chez lui avec la bénédiction de Dieu et que ce n’était pas le pharisien. Il y a quelque chose de pire que de chanter sans réfléchir. C’est-à-dire avoir des normes si élevées que nous ne chantons pas du tout.

Il est difficile de se “perdre dans l’émerveillement, l’amour et la louange” quand on pèse chaque ligne pendant que nous la chantons, et pourtant nous devons viser les deux. Cela aide quand le leader du culte a gagné notre confiance, ou quand nous avons chanté cette chanson avant, mais il n’y a pas de formule facile. Notre culte a coûté la vie à Jésus. Nous ne devrions pas être surpris si cela exige notre meilleur.

Ce dimanche, on se lève et on chante. Même si personne ne vous entend, même si vous ne pouvez pas vous entendre, sachez que Dieu vous entend. Et il écoute.