Warning: Use of undefined constant REQUEST_URI - assumed 'REQUEST_URI' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /homepages/42/d690797394/htdocs/clickandbuilds/GospelSoundSystem/wp-content/themes/newsmax-child/functions.php on line 73
Une jeune fille de 17 ans “violée et tatouée” par un gang d’hommes au Maroc | Gospel Sound System

Une jeune fille de 17 ans “violée et tatouée” par un gang d’hommes au Maroc

(SKY NEWS) – Des milliers de personnes ont exprimé leur soutien à une jeune fille de 17 ans qui aurait été violée et tatouée de force par un groupe d’hommes au Maroc.

L’adolescente a déclaré qu’elle avait été torturée par des membres d’un «gang dangereux» dans la province de Beni Melal après avoir été enlevée à la maison d’un proche en juin.

Des photos partagées en ligne montraient des tatouages, y compris une image de croix gammée sur ses bras, ses jambes et son cou, ainsi que des cicatrices résultant de brûlures de cigarettes.

“Ils m’ont détenu pendant environ deux mois et m’ont violée et torturée”, a déclaré la jeune fille.

“Je ne leur pardonnerai jamais. Ils m’ont détruit. “

Plus de 14 000 personnes ont signé une pétition sur le site Web change.org, appelant à un soutien financier pour que la fille retire les tatouages.

Les organisateurs de la pétition ont déclaré qu’ils voulaient exprimer leur “indignation et leur indignation” à propos de la prétendue épreuve de cette fille.

“Pendant sa captivité, elle a été soumise à toutes les tortures imaginables”, ont-ils déclaré.

“Les malfaiteurs l’ont finalement libérée, et maintenant elle doit retrouver sa vie.”

Le père de la jeune fille a déclaré que trois suspects avaient été arrêtés samedi dans le cadre de son enlèvement et qu’un procès devait s’ouvrir le 6 septembre.

Au total, 12 suspects ont été détenus, selon l’Association marocaine des droits de l’homme.

Le harcèlement sexuel est monnaie courante au Maroc, malgré une nouvelle constitution adoptée en 2011 qui consacre l’égalité des sexes et exhorte l’État à le promouvoir.

L’année dernière, 1 600 cas de viol ont été entendus par les tribunaux marocains, soit deux fois plus que les années précédentes.

En janvier 2014, le Maroc a aboli une loi controversée autorisant les violeurs d’enfants à échapper aux sanctions s’ils épousaient leurs victimes.