Dédicaces
Actuellement, il n’y a pas de nouvelles dédicaces

On n’a rien à cacher

Présenté par ResKP
access_time07:00 - 08:00

Bible

Que la jeunesse s’exprime

today25 janvier 2024 4

share close

Un plaidoyer en faveur du juste Elihu.

Beaucoup d’entre nous peinent à comprendre la perspective théologique d’Elihu dans le livre de Job, aux chapitres 32 à 37. Après une introduction dans Job 32:1–5, Elihu prononce quatre discours (32:6–33:33; 34:1–37; 35:1–16; 36:1–37:24), qui représentent près d’un septième du livre. Nous respirons un soupir de soulagement lorsque nous atteignons le chapitre 38 et nous inclinons avec révérence devant le majestueux monologue du Seigneur Dieu. Cependant, nous pouvons rester perplexes devant l’absence de réponse aux discours d’Elihu.

Une partie du problème réside dans le fait qu’Elihu n’est pas nommé lorsque le Seigneur Dieu déclare que les trois amis de Job (Éliphaz, Bildad et Tsophar) n’ont pas parlé correctement de lui (42:7). Le silence signifie-t-il qu’Elihu est implicitement inclus dans cette réprimande? Implique-t-il qu’il est différent? Que devons-nous faire avec Elihu?

Au fil des ans, j’ai changé d’avis à propos d’Elihu. Dans mon premier livre sur Job, j’ai soutenu que bien qu’Elihu ne doive pas être ignoré, ce qu’il dit n’est néanmoins « pas autoritaire ». Il « n’est pas un prophète, parlant avec précision au nom de Dieu; mais il n’est pas non plus un faux prophète à condamner totalement. »

Cependant, en écrivant un commentaire complet sur Job, j’ai été convaincu qu’Elihu est en effet un vrai prophète de Dieu. Mon introduction reflète ce changement de vue: « Bien que de nombreux érudits ne soient pas d’accord, et que moi-même je pensais autrefois que sa voix était ambiguë, je suis maintenant persuadé qu’Elihu parle sous l’inspiration de l’Esprit en tant que voix vraie et prophétique. » Pourquoi ai-je changé d’avis?

Échos de l’histoire de l’Église

Mon évaluation positive d’Elihu va à l’encontre de l’opinion savante dominante. J’ai douze commentaires sur Job dans mon étude. Onze d’entre eux pensent peu d’Elihu.

Néanmoins, certains théologiens du passé sont d’accord, ou du moins voient Elihu d’un œil quelque peu positif. Grégoire le Grand (ca. 540–604) pense que l’enseignement d’Elihu est orthodoxe, même s’il l’accuse à plusieurs reprises d’orgueil. Thomas d’Aquin (1225–1274) est d’accord sur la supériorité de la sagesse d’Elihu par rapport à celle de Job et des trois amis, mais l’accuse également de chercher une gloire vide. Jean Calvin, cependant, n’a pas un mot à dire contre Elihu. Selon Susan E. Schreiner, dans son étude savante de l’exégèse de Calvin sur Job, « Il y a peu de personnes dans la Bible que Calvin admire autant qu’Elihu », qui parle « comme un vrai docteur de l’Église. »

Contre Elihu

Malgré mon changement d’opinion, les critiques de Job 32–37 subsistent. Les critiques savantes modernes se présentent sous quatre formes. Examinons-les tour à tour.

  1. Les discours d’Elihu sont une interpolation ultérieure. Depuis Matthias H. Stuhlmann en 1804, de nombreux critiques considèrent Job 32–37 comme une interpolation secondaire (bien qu’il n’y ait aucune preuve manuscrite de cela). Les arguments en faveur de cette affirmation ont tendance à être de deux sortes. Premièrement, Elihu n’est mentionné nulle part ailleurs dans le livre de Job et, selon certains érudits, ces chapitres peuvent être retirés du livre sans perdre de valeur. Deuxièmement, on soutient que le langage et le style de Job 32–37 diffèrent du reste du livre.
  2. Les discours d’Elihu sont de mauvais style. Beaucoup d’érudits se sont moqués du style de Job 32–37. Par exemple, John Eaton écrit que même lorsque nous lisons l’introduction en prose (32:1–6), « nous pouvons remarquer que le style est inférieur à celui du prologue, laborieux et répétitif. » Il décrit ensuite le style d’Elihu comme « prolixe, maladroit et souvent obscur », voire « la pomposité d’Elihu est si visible et parfois risible. »
  3. La motivation d’Elihu est incorrecte. Les critiques de la motivation d’Elihu se concentrent sur trois aspects: la colère, l’orgueil et la cruauté envers Job. Certains décrient Elihu comme « un jeune homme en colère » ou « passionné et impétueux ». Cependant, il est difficile de juger de la colère en soi, car même Jésus s’est mis en colère. Elihu est en colère contre Job « parce qu’il se justifiait plutôt que Dieu », une colère arguablement vertueuse.
  4. Elihu a simplement tort. C’est la question la plus importante. Peu importe ce que nous pensons du style d’Elihu et de sa motivation, la question cruciale est la suivante: a-t-il raison ou tort dans ce qu’il dit?

Évaluer Elihu

Nous pouvons évaluer Elihu sous deux angles. Premièrement, où apparaît-il dans le livre de Job, et comment cette section (chapitres 32–37) s’insère-t-elle dans le flux et le but du livre? Deuxièmement, nous devons demander ce qu’Elihu dit réellement, en considérant non seulement le contexte dans lequel il parle, mais aussi le contenu de son discours.

Facteurs contextuels

  1. Introduction du narrateur : Elihu est « le fils de Barakhel le Buzite, de la famille de Ram » (32:2). En général, une généalogie indique que quelqu’un est une personne d’importance. Nous pouvons donc légitimement nous attendre à ce qu’Elihu se révèle comme un homme de poids dans le livre.
  2. Revendication d’inspiration d’Elihu : En 32:8, Elihu parle de « l’esprit chez l’homme, / le souffle du Tout-Puissant » comme donnant à quelqu’un la compréhension. Il se décrit ensuite comme « plein de paroles », contraint par « l’esprit » en lui, comme une outre prête à éclater. Il est naturel de comprendre qu’Elihu revendique l’inspiration. S’il est un faux prophète, il est impératif qu’il soit réprimandé.
  3. Place prépondérante d’Elihu : Beaucoup ont noté la place unique et significative d’Elihu dans le livre de Job. Il parle, dans quatre discours sans réponse, après que « les paroles de Job sont terminées » (31:40) et avant que le Seigneur de l’alliance ne parle directement depuis la tempête (chapitres 38–42). S’il est un précurseur, alors cette place prédominante a du sens.
  4. Elihu n’est pas condamné : Les arguments basés sur l’omission de Dieu d’Elihu en 42:7 construisent nécessairement à partir du silence. Beaucoup considèrent que Dieu omet Elihu parce qu’il est méprisable, « traité avec un silence méprisant », « même pas jugé digne d’une mention séparée en 42:7–9. » Mais peut-être n’est-il pas condamné parce qu’il ne mérite pas de l’être.

Message d’Elihu

Ce bref essai ne peut aborder les détails de la contribution d’Elihu. Certains suggèrent qu’Elihu ne fait guère plus que répéter les arguments des trois amis. Elihu peut prétendre, « Je ne répondrai pas avec vos discours » (32:14), mais beaucoup pensent que c’est en fait ce qu’il fait.

Cependant, Elihu offre plusieurs réponses distinctives à Job. Certains soutiennent qu’Elihu cite, puis répond, aux trois principales affirmations de Job. Gordis argue qu’Elihu cite, puis répond, aux trois principales affirmations de Job.

Écrit par: gssradio

Rate it

TOP LISTE

  • Chart track

    1

    Abrite moi

    Total Praise Mass Choir

    • cover play_arrow

      Abrite moi Total Praise Mass Choir

  • Chart track

    2

    To Your Heart

    Stevie Valentine

    • cover play_arrow

      To Your Heart Stevie Valentine

Liste complète

Profite du meilleur de la musique

ÉVÉNEMENT À NE PAS MANQUER

0%